dimanche 14 avril 2013

DevoxxFR épisode 3 : Le retour du ... vendredi

Mon dernier jour à DevoxxFR 2013

"Voilàaaaaa, c'est fini" comme le disait dans sa chanson Jean-Louis Aubert. Effectivement, Devoxx France a fermé ses portes le 29 mars dernier. Il m'a d'ailleurs fallu tout ce temps pour m'en remettre. Bon OK, j'avais aussi quelques projets très prenant à mener à terme.
Donc voici le compte rendu de ma dernière et non des moindre journée à Devoxx France 2013.

Avec ou sans sucre ?

En fait non, la keynote d'ouverture était assurée par Alexis Moussine-Pouchkine sur l'avenir de Java dans le web de demain : Avec ou sans caféïne ? Brillante présentation faisant un point sur les défis déjà relevés jadis par Java avec les différentes version majeures (1.2, 5, et maintenant 8)

«C'est la lutte !»

La deuxième keynote fut présentée par Habib Guergachi sur : «Web Oriented Architecture, une transmutation des pratiques de construction des SI»
Derrière ce titre barbare ce cache une présentation bourrée de vitamine. Le show fut excellent et recentré le débat du développement logiciel : quand, comment et pourquoi encore utiliser des progiciels ? Le développement logiciel doit se recentrer sur les interactions et les processus pour en améliorer les outils, et non choisir les outils une optimisation pure et dure des coûts. L'énergie d'Habib est tellement communicative, qu'en tant que guru, il aurait fait le plein de nouveaux adeptes. Bref, EXCELLENTE présentation.

Continuous (Cloud) Cost Testing

Cette présentation assurée par Nicolas Fonrose fut l'occasion pour mois de découvrir plus précisément les pièges possibles dans la facturation des solutions de Cloud. Premier constat : je ne suis pas le seul à ne pas comprendre comment on chiffre une solution car les grilles tarifaire sont à la fois très complexes (les quotas sont partout) et surtout très volatiles (les valeurs change d'un mois à l'autre et dans de très grandes proportion. Une stratégie intéressante est alors d'effectuer, à l'image des tests d'intégration ou de non régression, des tests de consommation. Un tir sur une partie de l'infrastructure afin d'en voir l'impact sur la facture et en tirer des conséquences.

Ça trompe énormément!

On nous avait promis 99 recettes de Ceylon, il n'y en eu qu'une bonne vingtaine. Je ne pus resister à l'appel du langage propulsé par JBoss/RedHat pour la machine virtuelle Java, cette démonstration du code Java puis traduit en Ceylon a fait le preuve de la modernité du langage et/ou de l'ancienneté de Java. Vivement Java 8!

Real Options

L'après midi a commencer sur les chapeaux de roues avec cette présentation de Pascal Van Cauwenberghe sur le bon moment pour prendre les bonnes décisions. J'avais déjà vu cette présentation sur Lille lors de l'Agile Tour mais je ne me lasse jamais de voir le talent d'orateur de Pascal en action. Cette fois j'ai eu le reflexe de prendre des notes, j'ai encore une flopée de livre à lire cette année...

Fallait pas que je m'invite

Intéressé récemment dans un projet mettant en oeuvre un DSL (Domain Specific Language), j'ai tenter la session sur Groovy et les DSL statiquement typés. Bien mal m'en a pris car le sujet fut extrêmement pointu et bien à 10.000 km des mes compétences. Fallait rater une session, c'était celle-ci.

Les géants du Web

Ludovic Cinquin, D.G. d'OCTO, nous a présenté un condensé d'un livre qu'il a co-écrit : Les pratiques des géants du Web. Ce livre rassemble les techniques et pratiques qui font le succès des grosses entreprises du Web que sont Google, Yahoo!, Amazon, ... Une occasion de rappeler que ces entreprises ont à leur tête des «anciens»s; développeurs. Un bouquin qui fait désormais partie de ma TODO list des trucs à lire.

My Tailor is rich

J'avais réussi jusque là a éviter les conférencier anglo-saxon, juste par fainéantise d'activer mon traducteur. Pour ma dernière session, j'ai donc investi mon dernier once d'énergie dans une conférence de Martin Thompson sur les myths et légendes sur les systèmes hautes performances. Martin ne m'a laissé aucun répis, et il avait prévenu en introduction que pour les personnes un peu légère en anglais, ça pourrait être difficile. Ce fut difficile. Très intéressant en tout cas de noter quelques apriori sur la performance des programmes et la remarque que je garde en tête concerne la performance d'un code : d'abord faire un code propre, puis un code performant.

Le retour sur terre

Je pris donc le chemin du retour avec le cerveau en compote, l'impression de n'avoir rien retenu. Il me reste un petit regret : que les décideurs que nous rencontrons ou avec qui (plutôt pour qui) nous travaillons ne soit pas plus présents, même si certains font le déplacement. Cette conférence fait bien sur étalage des nouveautés en terme de technologies, mais également en terme de démarche, d'attitude et de stratégie à l'échelle d'une entreprise voir même mondiale avec la globalisation proposée par l'Internet.
Bref, beaucoup de réponse, mais également beaucoup de questions, c'est ça aussi Devoxx.
Rendez-vous l'an prochain.